•  
     
    Vendredi 15 août 2008

     

     

     

    mardi 12 août 2008

     
    La Haine de l’Amour

    Tu sais, si seulement les gens comprenaient que c'est dans le lit de nos préjugés que la haine fornique avec nos vieux démons. C’est dans les ténèbres de nos envies que la volonté de dominer fait de nos passions un poison pour l’humanité. Regarde ces sourires hypocrites et mesquins, admire ces doubles faces qui compatissent pour ta condition de réfugié. Ta souffrance et ta misère fais d’eux les justiciers des temps modernes. Vois ces plumitifs qui se nourrissent de ta douleur viscérale pour accoucher d’une littérature opportuniste.

    Je veux parler d’amour alors que tout m’incite à la guerre et à la violence. Ils attisent les braises de l’enfer terrestre alors qu’ils oublient qu’ils sont sur le même bateau. Ils ne comprennent pas que c’est dans la prière que je m’apaise et que je tente de domestiquer les fougues de mes passions égoïstes. Ils ne peuvent saisir le sens de mes intentions car ils sont trop orgueilleux pour écouter la voix de cet étranger de l’agora. Ecoutes mes vagissements dénonçant la marche du siècle, c’est par la verve de ma plume que je décide de témoigner contre les supputations de ces corrompus qui ont vendu leur âme au diable pour une jouissance éphémère. Leur dévouement pour ma cause est à la hauteur de leur statistique de vente dans les maisons d'éditions. C’est comme si ils tiraient leur existence de ma condition d’opprimé dans les abîmes de la barbarie humaine. On édifie les mures de la honte sans que cela n’ébranle les amoureux de la liberté et de la justice. Ont-ils tous choisi le camp de mes bourreaux malgré ses injustices limpides ? N’y a-t-il plus de martyre de la liberté, des Che Guevara contre l’impérialisme et les tyrannies despotiques,…

    Entends ces échos de détresse arrivant par flot ininterrompu qui se fracasse contre ces rochers de l’indifférence. Que ces inhumains sachent que si ils ont le présent pour eux, nous avons le futur pour nous. Qu’ils prennent consciences que les brumes matinales finissent toujours par se dissiper pour laisser place à la clairvoyance vespérale de l’esprit. Sache que la raison finie toujours par dominer les émotions nées de ces instants enflammés par ces pyromanes qui prisent les passions à fleur de peau. Quelle tristesse que de voir ces héritiers des Lumières se comporter en de simples illuminés assoiffés de notoriété et en quête de médiatisation.

    C’est dans les épreuves et les tourments de ma vie que j’ai forgé ma quintessence si singulière. Tout est fait pour me distraire de ces tragédies théâtrales où la dignité humaine se mesure à géométrie variable. Où les faibles sont exploités et exécutés sur les autels de l’indifférence et de l’amnésie collective. Ces ignorants de l’âme humaine oublient qu’il y a une limite à ne pas franchir si l’on ne veut pas que l’instinct primaire engendre le chaos. Si seulement ces béotiens altiers pouvaient goûter et apprécier le nectar nourricier qui découle de la composition florale des esprits et de l’étreinte des cœurs ouverts. C’est là que nous pourrions commencer à espérer d’un avenir meilleur. N’ont-ils rien d’autre à proposer que l’étendage de leur souffle puéril et immonde à la hauteur de leur bassesse intellectuelle. C’est dans la pénombre que ces âmes avides de confrontation et de sang, que ces débauchés, se font primer pour leur excès de déblatération vis-à-vis du sacrée.

    Chaque jour est un calvaire pour celui qui se force de croire en la bonté de l’homme tant les dérives individuelles et collectives forment des chaînes de montage abrupte et hostile. Ils ont fait de ma couleur une souillure, de mes origines une blessure et de ma religion une bombe à retardement. Ils cherchent à nous acculer dans nos retranchements par leurs invectives nauséabondes. Ils oublient seulement que ma couleur leur permet de s’identifier, que mes origines les renvois à leur propre identité et que ma religion les interpelle sur leur propre croyance et que pardessus tout elle n’est que paix, amour et tolérance. Pauvre d’esprit celui qui refuse de me voir comme la thèse ou l’antithèse du reflet de sa propre existence dans le miroir de la vie.

    N’est il pas temps que les hommes comprennent que les fleuves de sangs n’ont jamais nourri et grandi l’humanité. Pourquoi tant de haine alors que l’on est en déficit d’amour et de paix. Pourquoi semer le vent de la discorde et exciter les passions aveugles dont nulle ne sait contenir la sauvagerie qui peut en découler. Les jarres de l’amour sont telles vides de sens, les oasis de la bonté et de la générosité ne sont elles que des mirages dans l’esprit de ces intellectuelles cupides et obsédés par la précellence de leur ego.

    La raison et le cœur ne feront qu’un lorsque la sincérité de nos actes feront corps avec la sincérité de nos âmes, alors nous arriverons peut-être à comprendre le verset d’Allah stipulant : « je ne change l’état d’un peuple que si ce dernier change ce qu’il a en lui-même... » .Où sont les hommes doués de lucidité et de pragmatisme qui savent défendre la justice malgré leur appartenance politique, ethnique, religieuse ou sociale.


    R.A
    http://laparoledujeunemusulman.blogspot.com/



    http://laparoledujeunemusulman.blogspot.com/
    http://espritlibre.blogs.courrierinternational.com/


     

     

    Par Eva R-sistons au choc de civilisations - Publié dans : Musulman - Communauté : Littérature engagée
    Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires


    votre commentaire
  •  
     
    Jeudi 14 août 2008

     

     




     




    WCRP et CMRP

     

    LA CONFERENCE MONDIALE
    DES RELIGIONS POUR LA PAIX (WCRP)


    a été créée à Kyoto en 1970.

     

    La WCRP ("World Conference of religions for peace" en anglais), réunit des hommes et des femmes appartenant à toutes les grandes traditions religieuses..
    Hommes et femmes,
    - déterminés à travailler ensemble pour la paix, en commençant par eux-mêmes, dans leurs communautés respectives et entre celles-ci,
    - motivés à partager avec tous le service efficace de la paix dans les réalités sociales, du plus proche au plus lointain,
    - soucieux de discerner les différences et de faire progresser ainsi un dialogue authentique.
     

     

    Depuis 1970, une assemblée mondiale se réunit tous les quatre ans. Elles ont eu lieu à Kyoto (Japon), Louvain (Belgique), Princeton (Etats-Unis), Nairobi (Kenya), Melbourne (Australie), Riva del Garda (Italie), Amman (Jordanie).

     

    La WCRP porte naturellement son attention sur les zones de conflits. Récemment un travail très concret a été accompli ou proposé en Bosnie, au Kosovo, en Sierra-Leone, en Indonésie et ailleurs.

     

     

     

    Les commissions internationales de travail sont les suivantes :

     

    La résolution des conflits,
    Le développement,
    Femmes et enfants,
    Le désarmement et la sécurité,
    Les droits de l'homme,
    L'éducation à la paix.

     

     

     

    "Nous sommes réunis à Nairobi comme des hommes et des femmes enracinés dans leurs traditions religieuses respectives et liés les uns aux autres dans la vision et dans l'action. Nous reconnaissons avec tristesse que trop souvent, dans des zones de lutte et de conflit, on s'est servi de la religion pour aggraver les divisions et la polarisation"
    (Déclaration de Nairobi, août 1984)

     

    Pour en savoir plus :

     

    - Présentation de la WCRP

     

    - Le réseau international de "Religions for Peace" : Diversité dans la foi, unité dans l'action.

     

    La branche française appelée "Conférence Mondiale des Religions pour la paix" (CMRP)

     

    est une association loi 1901 créée en 1986. Ses membres appartiennent à toutes les grandes traditions religieuses implantées en France.

    Conférence mondiale des Religions pour la Paix - France
    8 bis rue Jean Bart – 75006 - Paris - Tel. 01 46 33 45 39 - Fax 01 46 33 76 42
    Courriel :
    cmrp.france@wanadoo.fr
    Hébergeur : www.amen.fr

     

    Actualité de l'interreligieux: La crise de l'énergie et de l'alimentation : combattre la pauvreté et protéger la terre.

     

    Vivre ensemble

    Crise alimentaire et energetique:
    Les challenges pour combattre la pauvrete et proteger la planete
    11 Juillet 2008


    Nous, membres du Conseil Mondial de Religions pour la Paix, conviés à l’occasion du Sommet du G8 tenu au Japon, attendons de ce Sommet qu’il réponde aux principaux défis auxquels les Hommes doivent faire face.

    En tant que leaders religieux, nous sommes particulièrement concernés par la crise alimentaire actuelle. Nous sommes malheureusement conscients que cette crise touche essentiellement les plus pauvres et les plus vulnérables. Chacune de nos religions reconnait à sa propre manière l’inviolable dignité de toute personne, et nous oblige à être solidaires avec les victimes de cette pénurie alimentaire.


     Actualité de l'interreligieux: Nouvelles de Rovereto.

     

    Dialogue interreligieux "Religions for Peace Europe" fédère les différentes associations européennes de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix. La section française (le présent site), a été co-organisatrice d’un colloque à Rovereto en mai 2008, sur le thème :

    Nos valeurs et notre identité européennes"

    - Compte-rendu, avec une annexe : l'atelier sur l'identité, par Patrice Obert.

    -
    Analyse de la rencontre :"une occasion de s'impliquer davantage" par Christian Lochon, Secrétaire général.


       En Débat: EDITORIAL

     

    Education à la Paix de Ghaleb Bencheikh

    "Dans le cadre de la CMRP, avec humilité et constance, éduquer l'âme humaine..."


    Un grand nombre d’hommes et de femmes de bonne volonté, épris de justice et de paix, sont impliqués dans la mouvance du dialogue interreligieux et celui des cultures. Animés des meilleures intentions, ils ont la ferme conviction qu’il faut tout faire pour tordre le cou à la thèse huntinctonienne. Ils sont convaincus qu’ils ne peuvent se résoudre à la théorie du choc des civilisations.

     


    votre commentaire
  •  
     
    Jeudi 14 août 2008

     

    Marseille


    MARSEILLE :

    Marseille Espérance



    - Depuis plus de 10 ans, les chefs religieux des principales communautés de Marseille se regroupent autour du premier magistrat de la ville pour se concerter et affirmer, chaque fois que la situation l'exige, leur volonté de vivre ensemble en paix et dans le respect de la spécificité de chacun.

    - Les responsables arméniens, bouddhistes, catholiques, juifs, musulmans, orthodoxes et protestants ont établi un véritable partenariat des forces spirituelles, communautaires et culturelles de la Ville.
    - Ils discutent régulièrement, non pas de religion, mais de toute question relative à la vie des communautés à Marseille. Ils prennent ou soutiennent toute initiative qui favorise le dialogue, l'échange et un climat d'ouverture et de respect de l'autre par la connaissance mutuelle.
    - Leur but est également de réduire la méfiance de l'autre et de bannir la haine et les préjugés.
    - Marseille Espérance édite un calendrier intercommunautaire tous les ans, organise un gala annuel chaque fin d'année et un forum tous les deux ans.




    Voir tout les articles sur ce sujet.

     Actualité de l'interreligieux: Calendrier des fêtes religieuses.
    Vivre ensemble
                      

    AOUT 2008



    Mardi 5 août 2008 - Fête bouddhique : Chökhor ( sous réserve de confirmation officielle ).
    Dans la tradition bouddhiste tibétaine, cette fête commémore avec de grandes processions le premier sermon de Bouddha.


    Mercredi 6 août 2008 - Fête chrétienne : Transfiguration ( 19 août pour le calendrier julien ).
    La Transfiguration commémore l'apparition de Jésus transfiguré à trois de ses disciples, Pierre, Jacques et Jean, tel qu’il est relaté dans les Évangiles. Très grande fête en Orient, la Transfiguration est célébrée en Occident, où elle apparut au milieu du IXe siècle.
    Dans l'Office orthodoxe : " Tenons-nous spirituellement dans la cité du Dieu vivant et considérons avec admiration la divinité immatérielle du Père et de l’Esprit resplendissant dans le Fils unique ".


    Du mercredi 6 au 8 août - Commémoration des victimes des premières bombes atomiques, à Hiroshima et Nagasaki.


    Dimanche 10 août 2008 - Fête juive : Jeûne du 9 Av.
    "Le 16 juillet 69, soit le 9 av 3829, sur ordre de Titus les soldats romains mettent le feu au second Temple de Jérusalem, ils le détruisent et massacrent des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants. En conséquence de cet épisode tragique de l’histoire juive, événement qui mettra un terme à l’indépendance nationale des Juifs, et selon la législation en vigueur formulée par le Sanhédrine, tous les Juifs sans distinction d’origine, ont le commandement de jeûner ce jour-là en souvenir de la destruction du Temple de Jérusalem : "Zéker ha-Hourban". Le jeûne du 9 av est inauguré par un repas de deuil et commence la veille au soir, du crépuscule jusqu’au lendemain soir à la sortie des étoiles."


    Vendredi 15 août 2008 - Fête chrétienne : Assomption (catholique)
    Dormition de la Mère de Dieu (orthodoxe). ( le 28 août en calendrier julien )
    L'Assomption est l'une des fêtes majeures du catholicisme, célébrée à date fixe le 15 août. Elle commémore l'élévation au ciel de l'âme et du corps de la Vierge Marie. Elle ne fut proclamée dogme de l'Église catholique romaine que tardivement par Pie XII en 1950. C'est en 770 qu'apparaît l’appellation d’Assomption. Auparavant, elle était célébrée sous le nom de Dormition, que les chrétiens orthodoxes ont conservé.
    Pour les orthodoxes, la Dormition de la Vierge commémore le mystère de l'endormissement de Marie : "La Mère de Dieu qui jamais ne se lasse d'intercéder pour nous et dont la protection ne pouvait cesser d'être notre espérance ne se laissa vaincre par la mort ni le tombeau, puisqu'elle est la Mère de la Vie et qu'elle a rejoint la Source de la vie : celui qui demeura dans son sein virginal.".


    Vendredi 15 août 2008 - Fête chinoise : Chung Yüan.
    Festival des ancêtres ou "esprits affamés" pour qui l'on confectionne des simulacres de papier.


    Samedi 16 août 2008 - Fête hindouiste : Raksha Bandhan.
    Festival des frères et sœurs, est un festival qui célèbre l'amour entre frères et sœurs. Il est symbolisé par un bracelet tissé, appelé « rakhi », que chaque jeune fille, mariée ou non, offre à son frère.


    Vendredi 22 août 2008 - Fête zoroastrienne : Now Rouz ( 21 mars pour les mazdéens iraniens ).
    Nouvel An mazdéen 1377 pour les parsis indiens.


    Dimanche 24 août 2008 - Fête hindouiste : Janmashtami/Krishna Jayanti.
    Célèbre la naissance de Krishna. Selon les épopées hindoues, Krishna était la huitième incarnation du dieu Vishnou. Son destin était d'éliminer le démon Kansa qui était responsable du mal croissant dans le monde.


    Jeudi 28 août 2008 - Fête jaïne :
    Paryushana-parva ( du 9 au 16 septembre ).
    Paryushan est la période la plus sacrée de l'année jaïne. C'est une période où les adeptes se vouent encore plus intensément au jeûne, la vénération de Jina et la lecture publique de l'histoire de la vie de Mahâvira décrite dans le Kalpasutra. La fête dure huit jours et se termine au Samvatsari.


    Contact : Secrétariat de Marseille Espérance
    24, rue Montgrand - 13006 MARSEILLE

    Tel : 04 91 55 00 78 Email : marseille-esperance@mairie-marseille.fr-Espérance



    En savoir plus sur les religions

    (120 total des mots dans ce texte)
    (3274 lectures)   Format imprimable



    En savoir plus sur les Sikhs.

     

    Voici quelques sites qui vous permettront de mieux vous informer sur certaines religions.

     

    N'hésitez pas à nous indiquer les sites que vous utilisez pour votre information !

     

    Bahaïsme :www.bahai.fr
    Site décrivant plusieurs religions et particulièrement bien documenté sur le Bahaïsme : www.religare.org

     

     

    Bouddhisme : www.buddhaline.net

     

    Catholicisme : www.cef.fr

     

    Islam : www.islamophile.org
    Autre site musulman, parmi d'autres) : www.oumma.com

     

    Judaïsme : www.consistoire.org

     

    Orthodoxie : www.pagesorthodoxes.net

     

    Protestantisme : www.protestants.org
    Autre site protestant réformé : www.chez.com/sdg/

     

    Sikhisme : www.sikhnet.com/(en anglais)
    Autre site du sikhisme : www.unitedsikhs.org/(en anglais)

     

    Zoroastrisme : www.zoroastrian.org(en anglais)


    Liens vers des amis du dialogue interreligieux

    (718 total des mots dans ce texte)
    (2327 lectures)   
    Format imprimable


    LIENS

     

     

    Notre association :

     

    CMRP - France : www.religionspourlapaix.fr

     

    WCRP Europe : www.religionsforpeace.net/Europe

     

    WCRP - Allemagne : www.religionsforpeace.de

     

    WCRP-International : www.wcrp.org
    Groupes régionaux, adhérents ou sympathisants de la CMRP – France :

     

    Pluralie (Nîmes) : pluralie.site.voila.fr/index.html
    Associations dont l'activité principale est liée à l'interreligieux :

     

    Fraternité d'Abraham : http://www.fraternite-dabraham.com

     

     

    Fondée en 1967 la Fraternité d'Abraham (association laïque, loi 1901) poursuit ses objectifs par l'organisation de rencontres, de cercles d'études, de congrès et de publications.

    Plateforme Internationale de Genève : www.interreligieux.ch

     

     

    La Plate-forme interreligieuse de Genève est une association dont les membres collectifs ou individuels appartiennent aux diverses traditions religieuses et spirituelles présentes sur le territoire genevois.

     

    Chaque année, la Plate-forme organise des activités interreligieuses, telles que des visites et des journées interreligieuses, ouvertes au public, et elle co-édite un calendrier destiné aux adultes et aux écoles de la Suisse romande, pour informer sur les différentes fêtes religieuses, les traditions, et leur signification.

    Hommes de Parole : www.hommesdeparole.org/
    . Imams et Rabbins pour la Paix.

     

    Association Jules Monchanin et Henri Le Saux : pour la rencontre entre Hindous et Chrétiens : monchaninlesaux-lyon.cef.fr/html/association.htm

     

    Sciences des religions :

     

    IIIT : Institut international de la pensée islamique : www.iiitfrance.net/index.php

     

    Institut de sciences et de théologie des religions (ISTR )

     

    Toulouse : www.ict-toulouse.asso.fr/istr/site/

     

    Paris : http://www.icp.fr/istr/index.php
    Associations ayant le dialogue interreligieux parmi leurs activités :

     

    CCFD ( Comité catholique contre la faim et pour le développement) : www.ccfd.asso.fr/index.php
    Abbaye de Saint-Jacut : http://perso.wanadoo.fr/abbaye.st.jacut/nouvelles.htm

     

    Sant' Egidio (www.santegidio.org/fr/ ) www.santegidio.org/fr/ecumenismo/uer/2005/intro.htm

     

    Focolaris : www.focolari.org/dialogue interreligieux

     

    Décennie 2001 – 2010 pour une culture de non-violence et de paix : www.decennie.org Journaux concernés par le dialogue interreligieux :

     

    Témoignage Chrétien : www.temoignagechretien.fr/journal.php?ref=tourdefrance

     

    La Croix : la-croix.com Sites religieux consacrant des pages au dialogue interreligieux :

     

    Diocèse de Nanterre: http://catho92.cef.fr/faq/fetes_interreligieux_islam.htm#musulmanes , indique les fêtes catholiques, protestantes, orthodoxes, juives et musulmanes.

     

     

    Méditation chrétienne, au Canada : organisation de veillées spirituelles pour la Paix.

    Sites généralistes et humanistes traitant du thème : "religions et paix " :

     

    UNESCO : http://portal.unesco.org/culture/fr/ev.php-URL_ID=11680&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html Programme : Dialogue interreligieux L’objectif majeur de ce programme, qui est une dimension essentielle du dialogue interculturel, est de promouvoir le dialogue entre les différentes religions et traditions spirituelles dans un monde où les conflits intra et interreligieux s’intensifient, résultant d’une ignorance ou méconnaissance des traditions spirituelles et de la culture afférente de l’autre. FPH – Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l'homme : http://www.clmayer.net/spip/recherche.php3?recherche=religions+et+paix

     

    Activités interreligieuses

     

    Approches92 : www.approches92.com
    regroupe des musulmans et des chrétiens désireux de respecter leurs dimensions culturelles et spirituelles respectives.
    Ils travaillent ensemble à rendre la vie des quartiers plus humaine et à permettre l'expression de toutes les formes de culture.
    Ils voient dans la laïcité française l'espace qui leur permet de se rencontrer par-delà leurs différences. L'atelier MesTissages : www.atelier-mes-tissages.com
    a été créé par l'association Approches92, c'est un chantier d'insertion qui accueille des femmes d'origine maghrébine, elles travaillent l'art de la tapisserie en s'inspirant des techniques des Gobelins et de celles du Maghreb.
    Elles sont rejointes par des femmes chrétiennes. Ce site présente l'ennsemble de leurs oeuvres.
    GAIC , Groupe d'Amitié Islamo-Chrétienne : www.legaic.org

    Le Groupe d'amitié islamo-chrétienne s'est donné pour mission de contribuer au développement d'une meilleure connaissance mutuelle des communautés chrétiennes et musulmanes et de promouvoir les valeurs éthiques et spirituelles communes à l'islam et au christianisme dans le cadre d'une laïcité ouverte.
    Il travaille à l'instauration d'une Semaine annuelle de rencontres islamo-chrétiennes ( site bilingue :
    http://semaineseric.eu), organise des ateliers de réflexion et des rencontres sur des thèmes de société, publie trimestriellement une « Lettre » sur la vie de l'association.

     

     

    http://www.religionspourlapaix.org/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=232


    votre commentaire
  •  
     
    Jeudi 14 août 2008



    http://interfaith-encounter.org

    Religions,
    au lieu d'être la cause des problèmes,
    elles peuvent être la solution

    Promouvoir la paix

    Rencontre Juifs-Musulmans



    Adama Interfaith Encounter 
      Heart and Soul Broadcast on BBC
      

    CLICK HERE TO LISTEN to the BBC World Service program and learn how the process of IEA groups transforms the attitudes of its participants.

    Please note:  This program is the property of Heart and Soul at the BBC World Service and is re-broadcast on this website for personal use only. 


    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
     

    Click below to watch our short documentary about a real-time interfaith encounter between a Jewish and Muslim neighboring community:
    Galilee Jewish community of Karmiel and Muslim community of Majd el-Krum

    CLICK HERE
     

    Our Vision
    The Interfaith Encounter Association is dedicated to promoting peace in the Middle East through interfaith dialogue and cross-cultural study.  We believe that, rather than being a cause of the problem, religion can and should be a source of the solution for conflicts that exist in the region and beyond.

    Our Projects
    Interfaith Encounters - CITIZENS BUILDING COMMUNITY
    WOMEN'S INTERFAITH ENCOUNTER (WIE)
    YOUTH INTERFAITH ENCOUNTER (YIE)
    RETREATS AND CONFERENCES
    ISRAELI-PALESTINIAN DIALOGUE
    THE MIDDLE EAST ABRAHAMIC FORUM
    CROSS-CULTURAL STUDY VISITS
    FRIENDS OF IEA

    Upcoming Events

    Event Reports
    2007 Annual Activity Report (PDF File)

    Our History

    Participation

     

    Who's Who in IEA

    Awards

    Contact Us

    Links


    votre commentaire
  •  
     
    Jeudi 14 août 2008


    Le projet espérance,
    par Roger Garaudy

     

     

    Nous souffrons de vivre dans un monde sans but

    Ce qu'on appelle la politique de croissance est une politique pour laquelle le fonctionnement, de la machine est le but. Même si c'est une machine inutile, nuisible, ou mortelle. Un seul credo inavoué: tout ce qui est techniquement possible est nécessaire et souhaitable: fabriquer des bombes atomiques, aller dans la lune, détruire l'avenir par les déchets radio-actifs des centrales nucléaires.

    Croissance pour quoi ? Croissance pour qui ?
    - Pour les profits de quelques-uns par la manipulation et le conditionnement de tous.
    Il n'est pas vrai que la croissance économique permette de surmonter les crises: elle les engendre. Elle conduit à une répartition de plus en plus inégale du pouvoir et des privilèges.
    Il n'est pas vrai non plus qu'on puisse arrêter la croissance alors que des milliards d'hommes dans le Tiers-Monde, et des millions dans les pays "riches" n'ont pas encore les moyens d'une vie proprement humaine.
    Il ne s'agit pas d'arrêter la croissance mais de l'orienter pour qu'elle serve non l'abaissement de l'homme mais son épanouissement.

     

     

    Le marché capitaliste a recréé la jungle animale.
    Dans cette nouvelle jungle les forts dévorent les faibles: les grandes entreprises écrasent les petites, les sans propriété sont à la merci des possédants. Les géants carnassiers des sociétés multinationales s'emparent du monde et échappent à tout contrôle des peuples.
    Dans un tel univers trois milliards d'hommes sont exploités. Deux milliards d'entre eux ont faim.
    Une économie dévoyée par l'accumulation de l'avoir au détriment de la richesse d'être, de l'épanouissement de la vie.
    La même jungle règne au niveau politique.
    Même publicité des grandes forces dominantes pour des candidats ou des programmes préfabriqués, même confiscation des initiatives de la base par une délégation de pouvoir permanente, globale et professionnalisée, même coupure entre manipulateurs et manipulés, entre dirigeants et dirigés. Personne, à la base, n'a la possibilité de participer à l'élaboration des plans d'avenir, d'en contrôler l'exécution ou les mécanismes. Les décisions dont dépend le destin de tous, de la construction des centrales nucléaires au trafic d'armements, sont prises en dehors de tout contrôle des intéréssés.
    Culture et enseignement ont pour fonction essentielle de reproduire cette jungle, avec ses hiérarchies et ses concurrences, en réduisant, le plus possible la réflexion sur les fins et en utlisant les sciences et les techniques pour fabriquer des marchandises et manipuler les hommes.
    Dans les pays capitalistes l'homme est mutilé par cette triple aliénation de l'avoir, du pouvoir et du savoir.

    Les pays dits "socialistes" (RG écrit en 1976, ndlr) (à l'exception de la Chine) ont adopté le même modèle de croissance, la même coupure individualiste de l'homme, la même coupure entre dirigeants et dirigés.
    La prétendue "aide au Tiers-Monde", au lieu d'instituer un véritable "dialogue des civilisations" pour définir ensemble les orientations de l'avenir, tend à intégrer les pays autrefois colonisés au modèle occidental de croissance aveugle qui maintient et aggrave le inégalités entre les classes comme entre les nations.
    La possession du pétrole et d'autres matières premières par des pays non occidentaux n'a pas conduit à une nécessaire redistribution des cartes mettant fin à toutes les séquelles du colonialisme et du racisme et permettant la renaissance et la floraison des cultures de l'Asie, de l'Afrique, de l'Amérique latine, mais à une intégration plus étroite de quelques pays au marché mondial et au troc de matières premières contre des armements servant à renforcer les ségrégations raciales et les exploitations de classe, à faciliter les putsch militaires.
    Telles sont les occasions manquées de l'histoire en cette fin du XXe siècle: ni le développement des sciences et des techniques, ni l'abolition du capitalisme (c'était au temps du monde bipolaire, ndlr)
    , ni les défaites du colonialisme n'ont fait émerger un nouveau projet de civilisation, un sens nouveau de la vie.

    Nous voulons que notre vie ait un sens, notre histoire un but.
    Nous voulons que chacun de nous participe à la découverte de ce sens, à la réalisation de ce but.
    Nous voulons que l'histoire de tous soit faite par tous et non  imposée par quelques-uns.
    Il n'est pas possible d'amender le système par des réformes partielles.
    Il faut en changer radicalement les principes et les structures.
    Les principes de base de ce monde inhumain sont ceux de la Renaissance, c'est-à-dire de la naissance du capitalisme, du colonialisme et d'un humanisme clos.
    Abolir le capitalisme en son principe même, c'est combattre l'économie de marché, c'est-à-dire une économie fondée sur le profit de quelques-uns, l'exploitation des multitudes, le massacre de la nature considérée comme un réservoir et un dépotoir, la dégradation de l'homme, exploité comme travailleur, manipulé comme consommateur.
    En finir avec toutes les survivances du colonialisme c'est engager avec les non-Occidentaux un véritable dialogue des civilisations pour apprendre de leur culture d'autres rapports avec la nature qui ne soient plus seulement techniques mais vitaux, d'autres rapports sociaux qui ne soient ni totalitaires ni individualistes mais communautaires.
    Créer un humanisme ouvert c'est élaborer une culture qui ne soit plus faite seulement des réponses du passé mais des questions posées par l'invention du futur, une culture qui ne soit plus le privilège et l'ornement de quelques-uns mais la possibilité de l'épanouissement humain de tous, une culture qui ne ferme pas l'homme sur lui-même mais l'ouvre à une création sans fin de l'avenir par l'émergence poétique et prophétique de ce qu'il y a de divin dans l'homme.

    La première tâche est de refaire le tissu social désintégré par le capitalisme rapace, le colonialisme destructeur des cultures, l'individualisme sans amour.
    Refaire le tissu social, c'est combler le fossé entre les individus atomisés et les Etats tout-puissants de nos sociétés où il n'existe que des rapports verticaux de hiérarchie et des rapports horizontaux de concurrence.
    Refaire le tissu social, c'est créer, à partir des initiatives de la base, et à tous les niveaux de l'économie, de la politique, de la culture, des communautés responsables prenant en charge leur propre vie pour redéfinir les buts humains de chaque activité sociale et ses méthodes d'organisation et de gestion.
    Au niveau du travail, dans les entreprises, les universités, les administrations: des Conseils pour l'autogestion, dont la tâche est de devenir responsables de la désignation des dirigeants, de fixer les méthodes de travail et les formes de discipline afin que les objectifs du travail de tout un peuple ne soient pas décidés "par en haut", par des possédants, des technocrates ou des bureaucrates.
    Au niveau de la consommation, des communautés de base, c'est-à-dire des organismes qui ne soient ni privés ni étatiques mais communautaires, gérés par les usagers eux-mêmes; pour le contrôle et la régulation des prix, pour la gestion sociale des transports, des assurances, des logements, afin que les besoins émergent autrement que de l'anarchie du marché, des manipulations publicitaires des producteurs ou des décisions d'une bureaucratie centralisée et autoritaire.
    Au niveau de la culture, des centres d'initiative pour l'orientation, le contrôle, et la gestion sociale des écoles et des universités, de la télévision et de la radio, de la presse et des éditions, des spectacles et des sports, des hôpitaux, de la santé et des entreprises pharmaceutiques, des maisons de la jeunesse et de culture, afin que de cette révolution culturelle émerge un nouveau projet de civilisation. 
    L'organisme central, chargé de définir les grandes options et priorités en matière de planification, de législation sociale, de relations extérieures, d'éducation et de culture, ne peut émaner que de ces communautés de travail.
    Ainsi le vieux système parlementaire de représentation par circonscriptions territoriales  - héritage de sociétés agraires et conduisant aujourd'hui à atomiser un peuple en citoyens abstraits - doit être remplacé par une représentation des activités sociales dans un Congrès des conseils de travailleurs manuels et intellectuels.

     

     

     

    Ainsi peut naître une nouvelle conception de la politique, qui ne soit plus technique de l'accès au pouvoir par la manipulation ou la répression des masses, mais, à partir de la base, réflexion sur les buts de la société et organisation de la société pour atteindre ces buts.
    Cette conception est le contraire de l'anarchie: elle ne se fonde pas sur des principes individualistes mais sur le projet communautaire de recréer le tissu social.
    Elle ne nie pas la nécessité d'une "délégation de pouvoir"; elle exclut seulement la délégation permanente, globale et professionnalisée, qui conduit inéluctablement à mettre en place un groupe dirigeant coupé du peuple, parlant et agissant au nom du peuple sans le consulter, dans les gouvernements, les parlements, les partis.
    Tout organisme central ne saurait avoir qu'un rôle de coordination, d'information et de formation, et non un rôlr dirigeant.
    Pour éviter les formes mystificatrices et oppressives de la délégation de pouvoi, c'est-à-dire l'aliénation politique, il convient d'instituer:
      - une rotation des représentants, interdisant plus d'une réélection;
      - un mandat impératif assorti d'un calendrier de réalisation pour quiconque brigue une fonction élective, et révocabilité automatique si les engagements pris ne sont pas tenus;
      - une information permanente fondée sur le pluralisme des options: sur chaque plan ou programme plusieurs hypothèses seront présentées, avec les conséquences précises découlant de chacune d'elles;
      - une formation permanente, assurant non seulement la rotation politique mais la rotation sociale: un mois de stage de culture pour tout ouvrier ou employé, obligation pour tout étudiant ou enseignant de repasser périodiquement par l'entreprise ou le centre de recherche, afin de n'avoir ni ouvriers à plein temps, ni étudiants, ni professeurs à plein temps, ni dirigeants à plein temps.
    Dira-t-on que c'est exiger une profonde mutation de notre style de vie ? Sans aucun doute: c'est la mise en cause la plus radicale de l'individualisme et de l'égoïsme, qui sont, depuis cinq siècles, au principe de nos sociétés occidentales.
    Mais l'enjeu c'est la survie de la planète et de chacun de nous.
    La seule révolution indispensable aujourd'hui, pour que continue consciemment l'aventure humaine, est à ce prix.
    Nous ne transformerons pas le monde sans, en même temps et du même geste, nous transformer nous-mêmes.
    Comment atteindre de tels objectifs ? Comment faire émerger et réaliser un tel projet de civilisation ?
    Au niveau des moyens comme au niveau des fins il importe de ne pas s'en remettre à d'autres pour faire notre propre histoire.
    L'autodétermination des fins et l'autogestion des moyens, dans l'ensemble de la vie sociale, ne peuvent se réaliser tant qu'existe la propriété privée des grands moyens de production, de transport, de crédit et d'échange.. Elles ne peuvent se réaliser non plus si cette propriété est simplement étatisée, transférée à un groupe de technocrates et de bureaucrates.
    Le socialisme d'autogestion est incompatible avec le capitalisme de l'Ouest comme avec l'étatisme de l'Est
    (RG écrit en 1976...ndlr)
    .
    A l'heure actuelle seule est possible une autogestion des
    luttes.
    L'expérience de maintes grèves d'un type nouveau montre que c'est possible.
    L'autogestion des luttes c'est le contraire de l'illusion parlementaire ("Donnez-nous vos voix et nous vous octroierons le socialisme !") et de l'illusion des partis ("Adhérez et répercutez nos mots d'ordre, nous ferons le reste").
    L'autogestion des luttes c'est le développement des initiatives de la base, sur le lieu du travail, pour ne pas se contenter des nécessaires luttes défensives, mais pour constituer les conseils préparant les contre-pouvoirs pour la direction et la gestion des entreprises et pour créer, dans tous les secteurs de la vie sociale, des communautés de base à des degrés divers d'intégration.
    Le socialisme ne peut se réaliser au détail, car les mécanismes régulateurs du système peuvent juguler les tentatives isolées. Mais il faut être prêt, du point de vue de la conscience des buts, et de l'organisation des contre-pouvoirs, à prendre en main, dans une situation de crise profonde et de mise en mouvement de tout un peuple, notre propre sort.
    En 1968, personne n'était prêt ni à ouvrir une perspective d'un socialisme d'autogestion ni à faire fonctionner les entreprises, les administrations, la culture, avec d'autres normes que celles du patronat et de l'Etat.
    Le problème, aujourd'hui, c'est de faire en sorte que, dans une conjoncture analogue (dont la vraisemblance, à terme, est peu contestable) de n'être pas, une nouvelle fois, pris au dépourvu.

    Les choix que nous imposent ou nous proposent les Etats ou les partis ne sont pas à la mesure de la crise et ne peuvent la résoudre. Ces choix sont préfabriqués du dehors, d'en haut.
    Les peuples sont désormais adultes. Il devient de plus en plus intolérable que leur histoire et leurs vies soient décidées et faites par d'autres qu'eux-mêmes.
    Il est aujourd'hui nécessaire que chacun participe autrement que par un vote illusoire, tous les quatre ou sept ans, aux décisions majeures dont dépend son destin.
    Il est possible de créer une culture et une formation qui aident chaque homme et tous les hommes à être créateurs de l'avenir.
    Il est possible de changer la vie.
    Nous pouvons, dés maintenant, commencer à briser la logique du système qui nous réduit à l'impuissance en nous isolant.
    Le premier pas: aller à la rencontre de l'autre - en acceptant sa différence - pour créer ensemble ces communautés de travail, de consommation et de culture.
    Contre la jungle des concurrences et l'étouffement des hiérarchies, créons ce rapport humain nouveau, ce tissu social nouveau, et le pouvoir extérieur reculera.
    Soyons ensemble responsables, ou bien nous serons dirigés.
    Avec vous, par vous, là où vous êtes, l'avenir et l'espérance peuvent commencer à exister, aujourd'hui.


    Roger Garaudy

     

     

    En 1976, Roger Garaudy publiait "Le projet espérance"(Editeur Robert Laffont), avec en conclusion cet "appel" dont les termes demeurent à mon avis valables et dignes de discussion aujourd'hui.


    votre commentaire