•  
     
    Mercredi 20 août 2008

     

    Dialogue inter-confessions contre la violence

    cdec 

    UNE REPRESENTATION EN ACTION : DIALOGUE INTER-CONFESSIONS DANS LE VAL D'OISE

     

     A la suite de l'agression lâche et barbare d'ILAN HALIMI  ou toute la communauté a été bouleversée,

     

    où certains se sont mobilisés, et d'autres résignés ont déjà oublié.

     

    Nous avons reçu dans le val d'Oise (quand je dis nous je parle au nom du CONSEIL DES COMMUNAUTES JUIVES DU VAL D'OISE-CCJ 95) des personnalités de toutes couleurs politiques, des maires, conseils généraux, préfets et sous préfets, pour n'oublier personne disons de toute la classe politique, des représentations de la vie civile, sociale et judiciaire, les témoignages d'indignation et de soutien.

     

     

     

    De la part des nombreuses institutions religieuses (catholiques, de l'église reformée de France, des diverses composantes musulmanes, etc ) les mêmes messages.

     

    Or, dans les jours qui ont suivis, pour que cette fois-ci nous ne tombions pas dans la nième consternation générale, la nième condamnation et puis l'oubli.

     

     

     

    Les représentants des 4 groupes religieux du VAL D'OISE se sont réunis pour une réflexion sur les événements passés (sous l'égide de l'évêque de Pontoise, du président du CCJ 95, des représentations des cultes musulmans, et de l'église réformée), accompagnés de la délégation de la LIGUE DES DROITS DE L'HOMME, a poursuivre une action commune, sur des bases d'information préventive et pédagogique à l'adresse des écoliers et étudiants, en présentant nos différences et en les acceptant dans un cadre citoyen et de respect de la laïcité.

     

     

     

    Le préfet (Monsieur LEYRIT), puis le Président du Conseil Général du Val d Oise (Monsieur François SELLIER), ont décidé de soutenir, et d?apporter leur contribution et leur patronage à ce projet.

     

     

     

    Sur la théme :

     

     « BIEN VIVRE ENSEMBLE »

     

    Lors de la dernière réunion de ce collectif, rejoint par 2 autres institutions (Culte bouddhiste et la représentation de la communauté noire), il a été fait état du premier accord de l'Inspection d'Académie (Madame CHRISTIN), sur son soutien.

     

     

     

    Le groupe a décidé et apporté son accord sur les bases :

     

     

     

    du document diffusé sur les supports MAG VAL D'OISE et MAG'ZINE, auprès des jeunes dans les écoles publiques, des administrations et services publics, aux abonnés etc, financé intégralement par le CONSEIL GENERAL DU VAL D'OISE

     

    2) Interviews des jeunes sélectionnés dans chaque groupe communautaire, c'est à dire les 5 principales religions monothéistes,

     

    3) Ces jeunes âgés de 14, 15 et 16 ans (élèves de 4 ou 3éme) seront représentatifs de leur communauté et seront issus d?un milieu scolaire laïque,

     

    4) chaque groupe institutionnel sera représenté par au moins 4 jeunes (2 GARCONS ET 2 FILLES, soit donc au moins 20 jeunes) qui visiteront les lieux des 4 cultes monothéiste, et recevront une présentation de chacune des cultures, avant d'être interviewés pour le document pédagogique devant être diffusé.

     

    5) Le choix de la ville compte tenu des relations existantes entre les différentes communautés, sa densité, la présence même inégale des principales communautés, mais où la bonne entente règne, s'est porté sur :.

     

    ARGENTEUIL

     

     

     

    Le critère de ce choix a été multiple, mais pour l'essentiel :

     

    • les événements dit de « banlieues », dont le point de départ était ARGENTEUIL, où aucune agression, aucune action et manifestation à caractère raciste ou antisémite n'a été grâce à dieu constaté,
    • les relations existantes entre nos différentes communautés,
    • l'exemple des rencontres établies depuis plusieurs années entre les jeunes reçus à la mosquées, le temple et la synagogue.

     

     

     

    Les lieux concernés sont donc et dans l?ordre des visites :

     

    • l?institut islamique ISHAM,
    • le centre culturel ACIA - BETH KNESSETH ITSHAQ GABRIEL,
    • le centre culturel Jean Marie VIANEY,
    • le groupe paroissial Protestant - rue du Temple

     

     

     

    Monsieur MOTHRON député-maire d'ARGENTEUIL informé, soutien cette initiative et ce projet et se tient à disposition des différentes communautés

     

     

     

    Représentations :

     

     

     

    Culte Musulman :

     

    Mr SEBTI Taoufiq, Mr MAZOUZ Habib, Mr YAGOUBI Abdeloueheb, Mr HADDOU Amar, Mr ACHEBOUCHE Abdelkader, Mr MAZOUZ Habib, Mr RAHMANI

     

    Culte Israélite :

     

    Mr SBERO Raoul, Mr VESTIN Serge

     

    Eglise Catholique :

     

    Père GUIOLLOT Nicolas, Père DELAMARRE Erick (Vicaire Episcopal),

     

    Culte Bouddhiste :

     

    Mme WEINUM Sounah, Mr PELTIER François

     

    Eglise Réformée de France :

     

    Mr le Pasteur Luc Olivier BOSSET, Mme le Pasteur VAN KIRCHBACH Agnés,

     

    Conseil des Communautés Juives du Val d?Oise :

     

     Mr COHEN-SABBAN Moshé, Mr LESSMAN Richard

     

    Ligue des Droits de l'Homme :

    Mr DUFORESTEL René, Mr LE CALVEZ Serge, Mr COUPET Gilles

    http://www.cdec-asso.info/categorie-707469.html


    votre commentaire
  •  
     
    Mercredi 20 août 2008




    Débats
     | 
    Vivre ensemble
    ou vivre à part,
    il faut choisir


    le 19.08.2008

    (Réplique par Richard Wagman à Sammy Ghozlan, non publiée par Libération)

    Sammy Ghozlan, président du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme, a signé dans Libération du 17 juillet, sous la rubrique « Rebonds », un article sur les tensions intercommunautaires. Son texte, suite à l’agression du jeune Rudy au mois de juin dans le XIXème arrondissement de Paris, brosse un tableau des relations entre citoyens juifs et non-juifs. En conclusion, M. Ghozlan lance un appel : « Tournons-nous vite, très vite, vers les bâtisseurs du vivre ensemble ». Je ne peux que souscrire à ces propos, bien que le texte de M. Ghozlan laisse à désirer quant aux moyens qu’il propose pour y parvenir.


    Étant moi-même habitant du XIXème arrondissement dans le quartier où le jeune Rudy fut agressé, je conteste la description que fait l’auteur de cet article des tensions intercommunautaires. Et ce qui vaut pour le XIXème arrondissement de Paris vaut pour bon nombre de grandes villes françaises dont la population est métissée. Or, en dressant une petite liste de synagogues, de boucheries cachères et d’écoles juives, M. Ghozlan affirme que ce sont ces cibles-là qui sont le plus souvent objet d’agressions et non les mosquées ou les écoles musulmanes.

    Mais l’Union juive française pour la paix, comme la plupart des associations antiracistes, peut dresser une contre-liste montrant que, ces dernières années, nos compatriotes musulmans et leurs institutions ont été autant victimes d’agressions racistes que la communauté juive. D’autant plus que les « statistiques » de M. Ghozlan sont basées sur un recensement discutable fait par le Bureau qu’il dirige, répertoriant comme « antisémites » des événements tels qu’une exposition de photos sur la condition des enfants palestiniens ou encore une réunion publique pour la paix au Proche-Orient où la politique israélienne a été critiquée. Contrairement à M. Ghozlan, je n’ai pas envie de monter ainsi les habitants les uns contre les autres dans une dérisoire « concurrence des victimes », ni d’importer le conflit israélo-palestinien en France. En déplorant l’ensemble des incidents violents à caractère racistes, force est de constater que ce genre de phénomène touche, de près ou de loin, toutes les communautés minoritaires de ce pays en cette période de chômage, de précarité sociale et de déréliction. Il s’agit de savoir comment y mettre fin.

    Dans son article, M. Ghozlan se risque à une observation contestable qui implique une proposition : « Si on trouve en effet de plus en plus de Juifs dans des écoles juives, c’est bien parce que certaines écoles publiques n’arrivent plus à protéger des agressions des enfants juifs. » Contrairement à ce que ces propos sous-entendent, il faut savoir que la vaste majorité des Juifs français, à l’instar de leurs compatriotes d’autres confessions, inscrivent leurs enfants à l’école publique. Bien qu’il soit du droit le plus stricte pour chaque famille d’inscrire ses enfants à l’école de son choix (publique et laïque ou bien privée et religieuse), nous ne devons pas inciter certains à se tourner vers l’école privée sous prétexte que l’école publique ne saurait pas assurer sa mission. En fait d’appel au « vivre ensemble », cette surenchère mène inéluctablement à séparer les Français les uns des autres : les pauvres à l’école publique, les riches à l’école privée, les Juifs à l’école juive, les catholiques à l’école catholique, etc. La ségrégation serait en bonne voie.

    Promouvoir le « vivre ensemble » ce n’est pas encourager les replis communautaristes. La meilleure façon de faire avancer ce « vivre ensemble » est de soutenir la mixité sociale et culturelle. Quant aux pouvoirs publics, leur devoir est d’accorder enfin à l’école laïque républicaine les moyens budgétaires qui lui permettrait d’assumer sa mission d’égalité pour tous.

    Richard Wagman
    Président d’honneur
    Union juive française pour la paix (UJFP)


    votre commentaire
  •  
     
    Mercredi 20 août 2008

    Direction de l'orchestre Divan occidental-oriental à Séville en 2005
    Direction de l'

    wikipedia.org


    Musique pour la paix

    Communiqués de l'UJFP
    orchestre Divan occidental-oriental à Séville en 2005 | Avis aux Mélomanes pour le 25 août
    le 19.08.2008

    Notre ami le célèbre chef d’orchestre et musicien israélien Daniel Barenboïm sera à Paris le 25 août, où il donnera un concert avec son West-Eastern Divan Orchestra, accompagné des musiciens Waltraud Meier, René Pape et Simon O’Neill.

    Barenboïm réalise un travail admirable pour promouvoir l’entente entre Israéliens et Palestiniens en les faisant jouer ensemble dans cet orchestre, créant l’harmonie dans tous les sens du terme. Il dispense aussi un enseignement musical à de jeunes Palestiniens, les sortant de la désespérance dans lequel l’occupation les enferme. Au mois de février, Daniel Barenboïm a pris une initiative exceptionnelle : il a acquis la nationalité palestinienne.

    Musicien et humaniste de renommée internationale, Barenboïm a expliqué : « J’ai souvent eu l’occasion d’affirmer que le destin des peuples palestinien et israélien étaient inextricablement liés et qu’il n’y avait pas de solution militaire à leur conflit. En prenant aujourd’hui la nationalité palestinienne, je peux donner corps à ces convictions. (…) Le conflit israélo-palestinien se caractérise depuis toujours par l’incapacité à entendre la voix de l’autre. Si l’idée juive européenne qui a donné naissance à l’État d’Israël doit encore avoir une résonance dans le futur, elle devra faire chœur avec l’identité palestinienne. (…) Pour ma part, en acceptant la nationalité palestinienne, j’assume pleinement le destin de ce peuple, que, en tant qu’Israélien, je partage de fait. » Le concert parisien aura lieu le lundi 25 août à 20 heures à la Salle Pleyel, 252 rue du Faubourg St-Honoré, 75008 Paris (M° Ternes). Billets à partir de 44,00 €. Vous pouvez les réserver à la salle Pleyel, à la FNAC ou sur le site
    www.fnac.com.


    http://www.ujfp.org/modules/news/article.php?storyid=412

    votre commentaire
  •  
     
    Lundi 18 août 2008

     

     








    Huntington a cru pouvoir démontrer que l’opposition entre l’occident chrétien et l’islam était irréductible. Emmanuel Todd et Youssef Courbage nous livrent une étude, particulièrement élaborée celle-là, qui permet d’affirmer que les sociétés musulmanes ont entamé depuis plusieurs décennies un mouvement de déconfessionnalisation, lequel entraîne une résurgence provisoire des pratiques religieuses, avant l’apparition d’une autre identité. Mieux vaudrait donc laisser cette tendance historique naturelle se dérouler d’elle-même plutôt que d’en troubler le cours.


    Dans « Le choc des civilisations », Samuel Huntington a cru pouvoir démontrer en 1996, que l’opposition entre l’occident chrétien et l’islam était irréductible, et qu’il fallait donc s’attendre à une nouvelle guerre froide entre ces deux camps, guerre qu’il faudrait peut-être anticiper un jour. Sous-jacente à cette thèse perçait l’idée de la nécessité d’une hégémonie permanente des États-Unis pour garantir la sécurité du monde occidental.

    Pendant quelque temps, cette thèse a réussi à bouleverser les milieux intellectuels et politiques des pays occidentaux, en pleine crise de l’immigration musulmane en Europe. Il n’y a rien d’étonnant à cela, lorsqu’on sait que Zbigniew Brzezinski a dit de ce livre : « Un tour de force intellectuel : une œuvre fondatrice qui va révolutionner notre vision des affaires internationales. », et puisque ce dernier a lui-même écrit en-tête de la conclusion de son propre livre paru en 2004, « Le vrai choix » : « L’hégémonie mondiale américaine est désormais une réalité établie. Nul ne peut la nier,… ». Il concède cependant quelques lignes plus bas que cette hégémonie ne sera pas éternelle.

    Pourtant l’analyse de Huntington était superficielle et partiale. Dans ce court article, il est impossible de le citer longuement. Je me contenterai de rappeler une seule phrase, située à la page 310 de son édition de poche : «  Tant que l’islam restera l’islam (ce qui est certain) et que l’Occident restera l’Occident (ce qui l’est moins), ce conflit fondamental entre deux grandes civilisations et deux modes de vie continuera à influencer leurs relations à venir, tout comme il les a définies depuis quatorze siècles.  ».

    L’opposition entre les textes des parenthèses de ce passage montre l’absence d’un réel esprit scientifique chez Huntington. Il sous-entend clairement que seul l’occident est susceptible d’évolution, alors que l’Islam ne l’est pas. Il ne tente même pas de démontrer ces deux assertions, et de nombreuses affirmations non argumentées de ce genre jalonnent son essai. En définitive, tout concourt dans ce livre à faire penser que cette prétendue étude n’avait pour but que de convaincre le lecteur de préjugés présents dans l’esprit de son auteur, et que ce dernier se préoccupait seulement de les emballer de manière convaincante. L’œuvre ne montre en effet aucun souci d’une quelconque objectivité historique, qui aurait pu se fonder sur une analyse comparée des religions au cours de l’histoire et sur celle de l’évolution géopolitique du monde.

    En 2008, la déconfiture économique et militaire des É-U est cependant patente. Ce pays devra sans doute laisser bientôt la place du dollar à l’euro en tant que principale monnaie d’échange dans le monde, et a échoué dans sa tentative militaire de régner sur le Moyen-Orient. Quelle confiance peut-on accorder à un auteur qui se prétend expert en géostratégie, et qui s’est si lourdement trompé sur la situation de son propre pays ?

    ***
    Emmanuel Todd et Youssef Courbage s’inscrivent en faux contre les thèses de Huntington, dans « Le rendez-vous des civilisations (Seuil - 2007)  », en qualifiant « Le choc des civilisations  » d’« exégèse faussement savante des textes sacrés ».

    Mais leur livre ne vise pas principalement à démentir Huntington. Ils préfèrent présenter une étude, particulièrement élaborée celle-là, des évolutions anthropologiques de l’ensemble des sociétés dites occidentales et musulmanes, reposant sur des statistiques parfaitement établies de trois critères principaux qui sont : l’évolution des taux d’alphabétisation masculin et féminin des groupes étudiés, celle des taux de fécondité et celle de la pratique des religions. Ils montrent enfin de façon tout à fait indubitable l’existence d’une corrélation entre la baisse de la pratique religieuse dans le monde avec celle de la fécondité, et celle de la baisse de la fécondité avec l’augmentation de l’alphabétisation des femmes après que celle-ci ait atteint le taux de 50% de la population étudiée.

    Les variations de ces lois de corrélation sont soigneusement étudiées et expliquées. L’ensemble de l’étude permet d’affirmer que les sociétés musulmanes ont entamé depuis plusieurs décennies un mouvement de déconfessionnalisation, et que c’est précisément ce mouvement qui entraîne une résurgence des pratiques religieuses dans une certaine partie de la population, celle qui se trouve en mal d’identité, avant d’en retrouver une autre.

    Todd et Courbage rappellent à ce propos que la même résurgence s’est manifestée dans le monde chrétien au moment de la réforme protestante, à l’époque des Lumières et à celle de la révolution scientifique. « L’intégrisme n’est qu’un aspect transitoire de l’ébranlement de la croyance religieuse, dont la fragilité nouvelle induit des comportements de réaffirmation.  »

    À titre personnel, j’ajouterai à cette brillante étude le commentaire suivant : actuellement l’Occident, mais plus spécifiquement les É-U, administre aux pays musulmans une pression indue qui tente de troubler la vitesse naturelle du cours de l’histoire pour accélérer l’évolution de leurs populations. C’est une tentative illusoire et inefficace dont le résultat a pour seul résultat de prolonger dangereusement la période de transition historique de ces pays. Or les travaux de Todd et Courbage montrent que cette période est toujours caractérisée par des troubles et des violences provoqués par une grande tension entre la naissance d’une nouvelle mentalité et la résistance de l’ancienne. Sous l’agression, leur tendance naturelle est de surcompenser leur stress par un retour à la pratique religieuse. C’est ce que je montre moi-même dans un article récent en trois parties :
    Extrémisme : terrorisme ou résistance.

    Mieux vaudrait au contraire laisser cette tendance historique naturelle se dérouler d’elle-même, sans pressions extérieures. Elle est déjà engagée dans beaucoup de pays, nous assurent Todd et Courbage en nous mettant sous les yeux les preuves de la déritualisation de la chrétienté. Après tout, celle-ci s’est effectuée naturellement sans pression extérieure. Elle n’est même pas encore achevée aujourd’hui.

    D’ailleurs, en ce qui concerne les États-Unis eux-mêmes, ce reflux de la croyance religieuse est à peine commencé. C’est sans doute pour cela qu’ils montrent une hargne beaucoup plus impatiente que les autres pays occidentaux, largement plus en avance dans cette évolution que ce prétendu empire en voie de disparition.



    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=42222


    votre commentaire
  •  
     
    Dimanche 17 août 2008

     

     
       

     
     
       

     


    http://www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=3121


    Sur le blog d' Eva, http://r-sistons.over-blog.com

    Des rapports du monde
    de plus en plus régis par le
    concept de "choc de civilisations"




    Bonjour,

    Le choc de civilisations est au coeur des relations internationales d'aujourd'hui. Il va peut-être nous valoir une guerre planétaire. Car au-delà des enjeux économiques, il y a une véritable confrontation idéologique entre deux blocs, et pas seulement entre l'Occident et les non-alignés (Russie, Chine, Iran, Venezuela etc), mais déjà entre deux types de civilisation, la judéo-chrétienne et la musulmane.

    A l'origine de ce concept, Bernard Lewis, un universitaire britannique proche des néo-conservateurs, partisan de la guerre contre l'Irak et fervent supporter d'Israël. Pour lui, le monde musulman s'est figé dans une sorte d'obscurantisme, tandis que l'occident représente le progrès, la liberté, la démocratie, le modernisme. Les deux blocs n'ont pas les mêmes valeurs, ne peuvent se comprendre, et sont voués à se combattre.  

    En 1993, l'Américain Samuel Huntington reprend la formule du « choc des civilisations » dans un célèbre article de Foreign Affairs, et le concept connaît un succès grandissant surtout après les événements du 11 septembre 2001.  Pour lui, le choc de culture remplace désormais le choc idéologique du communisme et du capitalisme. Et il lui semble évident que l'Islam se radicalise, entraînant une confrontation inévitable entre les valeurs occidentales et celles de l'Islam : Les sentiments identitaires ayant supplanté les idées politiques, les conflits devraient avoir nécessairement pour origine les civilisations, plus exactement les religions. En clair, la civilisation judéo-chrétienne contre la barbarie islamique !


    Les civilisations selon Huntington.




    Les civilisations selon Huntington
    wikipedia.org

    Voici ce qu'écrit Alain Gresch : "Barbarie » et « civilisation », « mécréants » et « croyants », M. George W. Bush et M. Oussama Ben Laden voudraient faire croire que le monde est divisé en deux, entre « eux » et « nous ». Sous couvert de guerre contre le terrorisme, l’Occident semble prêt à s’engager dans un conflit planétaire. Pourtant, si Al-Qaida représente un danger réel (« Al-Qaida, label ou organisation ? »), il n’est sûrement pas une « menace stratégique » politico-militaire de même type que le communisme. La vision d’un « choc des civilisations » sert à mobiliser les opinions contre l’Autre, à justifier le désordre établi" (
    http://www.monde-diplomatique.fr/2004/09/GRESH/11431).  

    Il est incontestable que l'islamophobie fait rage aujourd'hui, en particulier dans les médias, et désormais dans les mentalités. Tout est d'ailleurs fait pour attiser les tensions, pas seulement contre les Russes ou les Chinois, mais d'abord et avant tout contre les Musulmans, en assimilant à tort Islam et Islamisme, Islam et terrorisme, alors que la plupart des Musulmans sont parfaitement intégrés dans les pays occidentaux - n'est-ce pas, Zidane ?  Les amalgames  sont réducteurs et dangereux, ils font le lit des confrontations. Dans la réalité, l'Islam est multiple, et qu'y a-t-il de commun, par exemple,  entre le "modernisme" Turc ou Tunisien, et l'obscurantisme des mollahs afghans ? De toutes façons, si le facteur de la religion joue un rôle certain, il n'est pas déterminant. Et le camp occidental a ses propres fondamentalismes, chrétien (évangéliste) et juif (néo-sioniste).

    En tous cas, l'islamophobie a remplacé la judéophobie, et on nous habitue peu à peu à l'idée d'une guerre contre l'Iran, pays musulman. Pour commencer. Une guerre qui se parera d'ailleurs du nom de "guerre contre le terrorisme", pour la rendre plus nécessaire, "attrayante".

    L'interprétation d'Huntington est dangereuse, car elle légitime des politiques aventureuses, guerrières, pour la défense du monde occidental, de ses valeurs qu'on estime supérieures à celles des autres. Ces guerres seront racistes, eugéniques. Après avoir eu pour ennemis les communistes, les américains se sont trouvés un nouvel adversaire, musulman cette fois. 

    La haine, instillée dans les esprits jour après jour, peut en effet conduire au choix du choc de civilisations, d'ailleurs paravent d'une politique coloniale, impérialiste, prédatrice. 

    Soyons sûrs que la guerre en marche ne dira pas ses vrais noms : Economique, d'abord, pour s'emparer et contrôler les ressources des autres, prédatrice, donc. Ensuite, civilisationnelle : L'Occident veut terrasser ses adversaires musulmans, et dominer le monde. Enfin, eugénique, pour restreindre le nombre d'habitants. Sans doute le gouvernement Olmert cherchera-t-il à tirer son épingle du jeu, et Bush souhaitera-t-il faire le lit des Républicains, encore et toujours, car en temps de guerre, les Américains préfèreront  Mc Cain, en oubliant qu'il est encore pire que Bush, car obsédé par le désir d'en découdre avec les Russes. De la basse, très basse, cuisine politique, au détriment des peuples. Et au profit des multinationales de mort, et de la Haute Finance. 

    Le choc de civilisations nous mène directement à un monde régi par des fous, indifférents au sort des populations dont ils ont la charge.

    Je vous conseille de lire l'article que je viens de sortir sur Nonie Darwish "de l'anti-islamisme au choc de civilisations" (1), sur mon nouveau blog (
    http://eva-communion-civilisations.over-blog.com ") qui compte déjà plus de cinquante articles, précieux pour comprendre le monde d'aujourd'hui. Et pour tendre la main à l'autre ...

    Eva

    (1) 
    http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/article-21964230.html

    (article " De l'anti-islamisme au choc de civilisations ")

    TAGS : Guerre, barbarie, civilisation, choc de civilisations, Samuel Huntington, Bernard Lewis, Occident, Russie, Chine, Iran, juif, Alain Gresch, Ben Laden, Al Quaïda, Irak, néoconservateurs, Etats-Unis, Irak, Nonie Darwish, Mac Cain, Bush, Olmert, Zidane, Islam, Juif, Islamisme, néo-sionistes, musulman, chrétien, évangéliste...


    A lire également, tous mes articles sur la désinformation sur
    http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/

    Et sur mon blog
    http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/
    "les peuples sont toujours floués par les politiques", entre autres


    Charlie Hebdo, fanatiquement contre
    les intégristes... musulmans !
    Et les autres ????

     






     


    votre commentaire