•  

     

    http://www.fait-religieux.com/culture/histoire/2013/12/08/islam-christianisme-et-europe-une-histoire-ancienne-et-ignoree

     

    Islam, christianisme et Europe : une histoire ancienne et ignorée

     

    http://www.fait-religieux.com/culture/histoire/2013/12/08/islam-christianisme-et-europe-une-histoire-ancienne-et-ignoree

    Faker Korchane | le 08.12.2013 à 08:00
    Cet article a été publié dans notre Fil Expert le 25 novembre 2013.
    Le 23 novembre dernier, l'Institut catholique de Paris, en collaboration avec l'Institut européen des sciences humaines (IESH) et le Groupe d'amitié islamo-chrétienne (GAIC), organisait un colloque sur « le christianisme, l'islam et l'Europe, apports et interactions ». Des historiens y ont apporté une contribution remarquée sur les rapports islamo-chrétiens dans l'occident chrétien à l'époque médiévale, dans l'Europe orientale jusqu'au 19e siècle, et en France à l'époque moderne.

    John Tolan, professeur d'histoire médiévale spécialisé dans les contacts entre les différentes cultures, a apporté des éclaircissements sur la perception que les musulmans et les chrétiens avaient les uns des autres au Moyen-Age. « L'islam s'inscrit dans la continuité des révélations précédentes, juive et chrétienne, déclare l'historien. Pour les musulmans, ces religions sont légitimes mais ont été déviées. Malgré tout, juifs et chrétiens sont Ahl al Kitab, des gens du Livre ». Du point de vue chrétien, John Tolan précise que deux visions différentes de l'islam se sont succédé. D'abord, les chrétiens « considéraient l'islam comme une religion idolâtre qui adorait de nombreuses divinités, dont Mahomet faisait partie ». A partir du 12e siècle, les chrétiens connaissent mieux l'islam, grâce aux contacts en Andalousie, en Sicile et en Terre Sainte après les Croisades. « A partir de cette période, les chrétiens voient Mahomet comme un faux prophète et un hérésiarque, poursuit John Tolan. Ils considèrent donc l'islam comme une hérésie chrétienne ».
    .
    Présence musulmane « antérieure à la colonisation »

    Bruno Drweski, maître de conférences à l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), a quant à lui éclairé l'auditoire sur les rapports islamo-chrétiens dans l'espace polono-lituanien - les territoires situés de l'est de l'Elbe à l'ouest de l'Asie centrale, avec les pays baltes au nord et l'Ukraine au sud - du 12e au 19e siècle. Bruno Drweski a insisté sur le fait que la christianisation de ces Etats « s'est faite pacifiquement, et que la cohabitation y était la règle ». Les minorités juive et musulmane bénéficiaient d'un statut « équivalent à celui des juifs et chrétiens dans le monde musulman ». Les musulmans pouvaient même devenir des « nobles, sans le droit de vote » en Pologne-Lituanie, pays doté de bataillons armés musulmans. Ils sont donc « exonérés du paiement d'un impôt spécial, ce qui n'est pas le cas des juifs ».

    Jocelyne Dakhlia, historienne à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), dont les travaux portent sur la présence de musulmans en France à l'époque moderne, signale que la recherche sur la présence de musulmans en Europe de l'ouest connait un essor important. La recherche archéologique et les « chantiers historiques ont une vocation civique ». Pour elle, « la présence des musulmans en Europe n'a rien à voir avec la colonisation, elle est antérieure ». Les musulmans sont présents en France depuis des siècles, défend-elle, « dans les ambassades de pays musulmans, comme celle des Ottomans, les prisonniers des galères à Marseille, Bordeaux, et Toulon, des aventuriers, ou encore de grands et de petits marchands sans oublier l'esclavage ». Selon l'historienne, plusieurs raisons expliquent la méconnaissance de cette histoire, dont une serait « une forme de consensus pour ne pas voir la présence intérieure de l'islam ».
    A lire aussi

    votre commentaire
  •  

    http://www.tribunejuive.info/

     

    juifs-antisionistes

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Juifs et Musulmans, une histoire commune

    http://www.lalibre.be/culture/medias-tele/juifs-et-musulmans-une-histoire-commune-5265f39c3570dfa00783de92

     

     

     

    Opinions   >   

    Juifs et Arabes et France : Un passé et un destin commun

     

    Depuis de longues années, des militants juifs et Arabes agissent ensemble en France sur plusieurs fronts tant politiques qu'associatifs ou culturels. Ceci s'est tout particulièrement manifesté dans le combat contre le racisme et l'extrême-droite, ainsi que dans de nombreuses initiatives pour le rapprochement Judéo-Arabe et Israélo-Palestinien.


    C'est dans l'action concrète que s'est forgée l'idée d'un destin commun en France, malgré les différences, les divergences et certaines influences étrangè­res. Malheureusement, la multiplication, depuis près de trois ans, d'actes anti-juifs dans lesquels sont impliqués des jeunes d'origine maghrébine a creusé un fossé profond entre juifs et Arabes. A cette fracture se surajoutent les effets de la situation globale au Moyen-Orient et l'impasse dans laquelle se trouve le processus de paix Israélo-Palestinien. Pour autant rien n'est perdu, nous en voulons pour preuve la bonne cohabitation et les vraies solidarités qui existent entre les populations juives et arabes dans les villes où elles sont fortement représentées comme Marseille, Sarcelles, Créteil ... Notre rôle, dans les prochains mois et les années à venir, sera de combler le fossé d'incompréhension et de reconstruire les passerelles afin d'édifier un avenir de Fraternité au sein de la République pour les générations futures.

     

    Adil Jazouli

     

     

    http://www.cercle-leon-blum.org/juifetarabes.htm

     

    .


    votre commentaire
  •  

     

    A Londres, une exposition rend hommage aux Musulmans qui ont sauvé des Juifs de l’Holocauste



    Par Faouzi Ahmed

     

    http://www.lemondejuif.info/a-londres-une-exposition-rend-hommage-aux-musulmans-qui-ont-sauve-des-juifs-de-lholocauste/

     

    Une nouvelle exposition célèbre le rôle des Musulmans qui ont sauvé des vies juives pendant l’Holocauste.

    4cc0fe60452a0_image1

     

    L’exposition des Justes musulmans a été lancée à l’initiative du Conseil des députés des Juifs britanniques du district de Bloomsbury de Londres.

    Des photographies, de 70 Musulmans qui ont caché des Juifs pendant la Seconde guerre mondiale apparaissent aux côtés des récits décrivant leurs actes d’héroïsme.


    I2CJ_BESA001L’exposition espère inspirer de nouvelles recherches dans les instances de la collaboration entre les communautés musulmanes et juives.

    Yad Vashem, le Mémorial officiel d’Israël dédié aux victimes de l’Holocauste, rend hommage à près de 25 000 Justes qui ont risqué leur vie pour protéger la communauté juive pendant la terreur de l’Allemagne nazie.

    Et, ce sont 70 Musulmans qui ont récemment été ajoutés à la liste. L’exposition raconte leurs histoires.

    Parmi les « Justes », la famille Hardaga de Bosnie, donnant refuge à la famille juive Kavilio quand les forces allemandes occupent la Bosnie en 1943.

    Un demi-siècle plus tard, les Hardaga étaient eux-mêmes sauvés par les Kavilio pendant la guerre de Bosnie.

    Menacée par le bombardement continu de Sarajevo, la famille Kavilio a fait appel auprès du Président de la Bosnie pour permettre à leurs sauveurs d’autrefois de se rendre en Israël.

    Fiyaz Mughal, directeur des questions de la foi et de la charité et co-auteur du livre décrivant le rôle des Musulmans Justes a déclaré : « ces communautés ont été dispersées au lendemain de la seconde guerre mondiale et bientôt avec la disparition des survivants et témoins de ces terribles événements, il ne faut pas que ces histoires soient à jamais perdues ».

     

     

    Le magnifique documentaire à l’origine de l’exposition :

    (vidéo sur le site)

     

    Selon le recensement de 2011, il y a 2,7 millions de Musulmans et 263 000 Juifs en Angleterre et au pays de Galles.

    M. Mughal espère que l’exposition suscitera des réactions d’empathies et de sympathies de parts et d’autres, notamment parmi les jeunes.

    Il a dit : « c’est la meilleure chose pour l’empathie et la cohésion que de partager cet apprentissage et une fierté commune que nous partageons ».

    Dans le but d’approfondir les échanges entre Musulmans et Juifs, M. Mughal espère que l’exposition peut contrebalancer les récits émergents qui cristallisent les deux religions en désaccord.

    Il a déclaré : « l’un des principaux moteurs du projet est qu’il y a une certaine minorité dans les communautés juives qui tentent de réécrire l’Histoire en disant que les Musulmans ont aidé massivement les Nazis. ».

    « Et de l’autre côté, il y a une petite partie de la communauté musulmane qui ne veut pas parler de l’Holocauste dans un souci de ne pas vouloir mettre en place une empathie avec les communautés juives » a-t-il ajouté.

    Le rabbin Natan Levy, coorganisateur de l’exposition a déclaré que « ce programme fournit une passerelle unique entre les deux communautés, afin qu’elles peuvent célébrer ensemble ce qui les unit ».

    « Il y a eu un beau moment quand Fiyaz et moi nous nous sommes réunis et avons récité la même ligne de nos écritures respectives: « celui qui sauve une seule vie sauve l’univers tout entier »

    M. Mughal a dit : «  le Besa, un code d’honneur en Albanie, similaire au code Pashtu en Afghanistan a conduit les musulmans d’offrir refuge pendant l’occupation nazie. »

    « C’est pourquoi le nombre de Juifs a en fait augmenté en Albanie pendant la seconde guerre mondiale ».



    votre commentaire
  •  

    Edward Said

    Edward Said

    Intellectuel palestino-américain

    • Genre : Histoire et Sociologie
    • date de naissance :
      1935
    • date de décès :
      2003

    Biographie Edward Said

    Né dans une Jérusalem sous mandat britannique, d'une mère palestinienne protestante et d'un père palestinien catholique, Edward Said, intellectuel palestino-américain, a fait toute sa vie oeuvre de chercheur en enquêtant sur la ligne imaginaire qui sépare l'Orient et l'Occident. Un temps professeur de littérature comparée à l'université de Colombia, il siège au Conseil national palestinien et prend ses distances avec Yasser Arafat avant la signature des accords d'Oslo, en 1933. Il plaide avec ferveur pour un Etat binational plutôt que pour Etat palestinien. 'L'Orientalisme', son oeuvre la plus connue, traduite en vingt-six langues, explore la dualité complémentaire qui l'habite.

     

    http://www.evene.fr/celebre/biographie/edward-said-15503.php

     

    .


    votre commentaire