•  
     
    Vendredi 10 décembre 2010

    ASSOCIATED PRESS

     

     

    7 Décembre 2010 - Guysen - Société

     

    Les responsables religieux juifs et musulmans d'Europe ont inauguré lundi le premier rassemblement européen des deux communautés.

     

    Ils se sont rencontrés à Bruxelles afin de discuter d'une meilleure coopération entre eux.

     

     

    http://www.juif.org/societe-israel/142012,premier-rassemblement-europeen-intercommunautaire.php

     

    Premier rassemblement européen intercommunautaire

     

     

    ASSOCIATED PRESS


    Les responsables religieux juifs et musulmans d'Europe ont inauguré lundi le premier rassemblement européen des deux communautés. Ils se sont rencontrés à Bruxelles afin de discuter d'une meilleure coopération entre eux.


    Plus de cinquante représentants des communautés juives et musulmanes d'Europe se sont rencontrés lundi à Bruxelles.  La réunion a été organisée à l'initiative de la Fondation pour la compréhension éthique (Fundation For Ethnic Understanding, FFEU) , basée à New York, le Congrès Juif mondial et le Congrès Juif Européen. Une délégation a par ailleurs rencontré le président de l'Europe, Herman Van Rompuy, qui soutien l'initiative.

    Les représentants ont également discuté d'une déclaration commune appellant à une coopération plus étroite entre les communautés. Dans celle ci ils affirmaient que les "deux communautés sont à même de pratiquer leur foi respective pleinement et sans entrave intrusive, discriminatoire ou injuste par les gouvernements."

    Au cours du rassemblement, ils ont exhorté les projets de coopération visant à secourir les pauvres et les sans-abris de tous horizons afin de protéger les nouveaux immigrants qui sont menacés par la haine, la xénophobie. Cette coopération a également pour but de réunir de jeunes juifs et de jeunes musulmans dans des programmes particuliers pour une meilleure compréhension de chacun . Le communiqué dénonce aussi toute forme de violence ou de discrimination faite au nom d'une religion ou d'une idéologie.

    Le rassemblement s'est conclu par "diner diplomatique" auquel ont assistés les ambassadeurs en poste à Bruxelles.  Selon le président de la FFEU et vice président du Congrès Juif Mondial, le rabbin Marc Shneier, c'est "un début prometteur".

    "Nous avons commencé aujourd'hui un mouvement, qui je l'espère, se propagera dans toute l'Europe. La recette est simple: nos deux communautés doivent se concentrer davantage sur ce qui les unit et pas ce qui les sépare. Nous devons aussi retenir les radicaux au sein de nos propres rangs et s'assurer qu'ils ne prennent pas le dessus" a déclaré Marc Shneier.

    Le président du Congrès Juif Européen, Moshé Kantor, a pour sa part ajouté "Je pense qu'il est très important que les juifs et les musulmans commencent à parler davantage entre eux, et non pas les uns sur les autres. Pointer l'autre du doigt et l'accuser de tout le malheur du monde peut être commode, mais ce n'est pas la bonne façon de faire - et contre productif.  Comment les nations européennes peuvent-elles coexister alors que leurs citoyens ne peuvent pas partager un même quartier? Nous devons commencer au plus petit niveau pour réussir à grande échelle. Il faut que nous prêtions attention à tous les niveaux de l'intolérance, de la xénophobie et de la haine."

    En marge de ce rassemblement, M. Kantor a rencontré personnellement le président européen. Il a discuté avec M. Van Rompuy des nombreux sujets le préoccupant, particulièrement de la situation des juifs dans certaines villes. Rappelons qu'à Malmo, les juifs sont chassés du village. En réaction aux propos antisémites récemment tenus par des responsables européens, M. Kantor a souligné la nécessité de créer des lois au niveau européen afin de sanctionner les propos racistes ou antisémites.

    Les représentants sont venus de Grande Bretagne, de France, d'Autriche, d'Allemagne, de Belgique, d'Italie, des Pays Bas, de Suisse et des Etats Unis. La rencontre a duré une journée.

    G.I.N avec Agences
    http://www.guysen.com/article_Premier-rassemblement-europeen-intercommunautaire_14690.html

    votre commentaire
  •  
     
    Jeudi 30 décembre 2010

     

     

    Le dialogue des cultures, quel sort après Gaza

     

     

    Le dialogue des cultures bat de l’aile. Le bombardement de Gaza et la mort de centaines d’enfants et de civils palestiniens font peser le doute sur ses vertus. Après tout, un tel dialogue n’est pas censé opérer uniquement dans des congrès aseptisés, loin des lieux des conflits. Sa vocation est de substituer le respect de l’autre et son écoute aux armes brandies sur les champs de bataille. Les bonnes volontés n’auront pas eu raison cependant de celles-ci qui obéissent à d’autres motivations.

     

    Il n’est pas question ici de remettre radicalement en cause un tel dialogue, ce serait jeter l’enfant avec l’eau du bain. Il n’en demeure pas moins urgent de le repenser en vue d’en faire un instrument de paix et du moins d’en faire usage avec lucidité.  La décolonisation avait imposé le politique et l’économique comme objets de négociation. De nos jours c’est le culturel qui est mis en avant comme objet de dialogue, l’économique relevant d’un registre qui semble plus technique. Un tel déplacement n’est pas aussi innocent qu’il paraît.

     

     

     

    Le dialogue des cultures produit en effet une impression réconfortante d’égalité entre des nations dont chacune aurait sa personnalité culturelle bien à elle. On n’a plus affaire, dans un tel schéma, à des économies inégalement développées, et encore moins dépendantes au sein d’une économie mondiale hiérarchisée, mais à des cultures et civilisations en pleine possession de leur destin et responsables de leurs actes. Privilégier l’aspect culturel dans le dialogue et in fine l’identitaire, revient à mettre en avant la spécificité des nations les unes par rapport aux autres et à souligner leur différence de nature. La dynamique de la division internationale du travail se retrouve dès lors gommée. Tout acte rebelle envers les grandes puissances « démocratiques », est traité comme produit d’une culture donnée, sans que les liens de celle-ci avec l’environnement international soient pris en considération. Autrement dit, on confine un pays et une culture dans une prétendue spécificité dont ils auront à répondre.

     

     

     

     

     

    On réussit, par un tour de passe-passe, à produire une image inversée de l’ordre réel existant. C’est l’aire du tiers-monde économiquement handicapée qui devient impérialiste en raison de sa culture belliqueuse. Le barbare moderne est du même coup inventé et met en danger la modernité démocratique de l’occident pacifique ! Nous sommes loin de la problématique de l’échange inégal, David s’est métamorphosé par magie en Goliath.

     

     

     

    On décrète ainsi une différence fondamentale pour mieux faire l’éloge de l’occident. On passe sous silence le fait que ces sociétés « culturellement visibles », sont le produit de l’occident, qu’elles sont le produit de sa rationalité et les victimes de sa cupidité. On oublie qu’elles ont perdu depuis longtemps leur virginité, leurs spécificités qui en faisaient des modèles réellement différents de l’occidental. On les déclare victimes de leurs propres cultures pensées comme rétrogrades et conservatrices. L’histoire s’en retrouve reniée.

     

     

     

     

     

    L’occident des droits de l’homme se donne bonne conscience. Les images de la faim et de la mort n’ont rien à voir avec sa civilisation. Les enfants tombés sous les bombes à Gaza relèvent d’un fait culturel nommé Hamas, qui est l’expression d’une religion violente et hermétique à la démocratie. L’islam est pointé du doigt comme religion du voile et du terrorisme. Nulle part les questions de fond sur les intérêts économiques en présence, sur la place des multinationales, sur le complexe militaro-industriel américain, sur le capitalisme tout court, ne sont soulevées à ce sujet. Dans le meilleur des cas, on discute des bons musulmans ouverts à la modernité, et des autres dignes de tous les châtiments. Le capitalisme fait bon usage de son libéralisme et de sa démocratie.

     

     

     

     

     

    D’où l’urgence pour les militants du dialogue des cultures de le recadrer, de le repenser, de le ramener à son contexte. Le dialogue des religions est certes une excellente initiative pour mieux se connaître, mais peut-il résoudre autre chose en dehors de lui-même. Il ne peut en tout cas remplacer la négociation sur le plan économique et la prise en compte des dégâts que la suprématie capitaliste a causés.

     

     

     

    On infantilise des sociétés, on les éconduit en dehors de la modernité en interpellant en elles le religieux quand elles attendent qu’on leur parle des problèmes réels, liés à l’émigration et au développement. Le dialogue des cultures dont l’objectif déclaré est de démentir la thèse du choc des civilisations, finit en quelque sorte par en être l’otage en campant dans le champ culturel. Sa mission est certes de communiquer autour des valeurs que les cultures ont en partage, mais il se doit de mettre le doigt sur la source des problèmes qui est l’inégalité entre les nations. Il se doit de dénoncer les abus et non pas de caresser dans le sens du poil les puissants en vue d’éviter des ruptures. Celles-ci sont là qui menacent d’éclater au grand jour si le statu quo actuel n’est pas remis en question.

     

     

     

    Le dialogue des cultures qui doit se nourrir d’humanisme et de réalisme, n’a d’intérêt qu’en militant en faveur d’une négociation réelle et fructueuse dans l’intérêt des sociétés en voie de développement. Son contenu doit être politique et économique.

     

     

     

    Mohammed Ennaji

    http://www.yawatani.com/politique-internationale/le-dialogue-des-cultures-quel-sort-apres-gaza.html


    votre commentaire
  •  
     
    Vendredi 26 novembre 2010

    J'ai reçu ce commentaire :

     

    "Puisons un peu de sagesse dans l’histoire : Alexandre le Grand a su favoriser un compréhension mutuelle entre Grecs et Barbares conquis : avec l’alexandrinisme, il n’y a ni vainqueurs ni vaincus, mais au contraire un processus d’assimilation réciproque entre deux grandes cultures, basé sur un échange d’expériences et de valeurs partagées :

    http://www.villemagne.net/site_fr/alexandre-le-grand-rapprochement-de-l-orient-et-de-l-occident.php"

     

    Alexandre tranchant le nœud gordien par Jean Simon Berthélemy.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_le_Grand

    Rapprochement de l’Orient et de l’Occident

    Roman


    Pour être averti
    de la parution :

    La rencontre entre Orient et Occident se reflète dans la littérature grecque bien avant l’époque d’Alexandre le Grand. Ainsi, au Ve siècle avant Jésus-Christ, le poète tragique Euripide évoque-t-il le mélange entre Grecs et Barbares dans l’Asie du Grand Roi :

    « J’ai quitté les champs riches en or de la Lydie et ceux de la Phrygie pour gagner les plateaux de la Perse brûlés par le soleil, les murailles de Bactriane, le pays des Mèdes aux hivers glacés, l’Arabie heureuse et toute l’Asie, qui s’étend au long des flots salés et écumants, l’Asie où les Grecs mêlés aux Barbares peuplent des villes aux solides remparts. » (1)

    Alexandre voulait s’intégrer lui-même, et les Macédoniens avec lui, à la tradition achéménide (..)

     

    Voir l'article et les autres articles ici :

     

               http://www.villemagne.net/site_fr/alexandre-le-grand-rapprochement-de-l-orient-et-de-l-occident.php

     

     


    votre commentaire
  •  
     
    Vendredi 26 novembre 2010

     

     

    Les convois de la honte

     

                    http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-les-trains-de-la-mort-53291708.html

     

     

    Nouveau télescopage de l'Actualité:  La SNCF complice de crimes envers la communauté juive; l'Etat français complice des suicides en prison. Quelle humanité ? La barbarie est-elle une constante de l'humanité ?


    On croyait la barbarie disparue. On l'espérait ! Mais non, la bête immonde sommeille, ou plutôt se pare d'un vernis démocratique, elle n'en est pas moins vivace, bien vivace. Quand l'homme triomphera-t-il de lui-même, de ses instincts les plus sauvages ? La barbarie est-elle la chose la plus répandue, même dans les milieux les plus "policés", les plus civilisés ?

     

    En juin 2006, la SNCF était condamnée pour sa participation aux transferts de détenus sous l'Occupation. Quelles étaient exactement les responsabilités de l'entreprise française dans la déportation ? C'est la question que Raphaël Delpard se pose dans un livre, "Enquête sur la SNCF et la déportation". Certes, des cheminots ont refusé d'être complice de l'horreur absolue. Mais souvent, trop souvent, la SNCF s'est rendue complice de crimes contre l'humanité, non seulement en facilitant les transferts vers les camps de la mort, mais aussi en rendant les conditions de voyage des futures victimes totalement inhumaines, par exemple en obstruant les orifices d'aération.  Comment des individus "normaux", travaillant pour une entreprise de transport d'Etat, ont-ils pu être complices d'une telle barbarie ? En chaque individu sommeille-t-il un bourreau qui s'ignore, ou au moins, un résigné à l'inaction et même à l'horreur ? Toujours est-il que des hommes "ordinaires" ont sciemment participé à l'"extraordinaire" d'une barbarie peu commune, toujours est-il qu'ils ont été complices d'un crime d'Etat.

     

     

    http://www.lyceepauleluard.fr/lpe_v158/images/stories/voyages/auschwitz/Rails.jpg

    Autre séquence. L'Actualité, aujourd'hui, nous renvoie à la barbarie dans les prisons françaises, parmi les plus inhumaines d'Europe, et régulièrement épinglées par Bruxelles: Par exemple, le taux de suicide des détenus y est anormalement élevé. La patrie des Droits de l'Homme ne cesse d'être montrée du doigt, sous Sarkozy, pour ses manquements. Là, il s'agit du sort d'individus deux fois condamnés, d'abord dans leur parcours marqué par la précarité, la violence subie quotidiennement dès leur naissance, ensuite par l'inhumanité d'un Pouvoir uniquement préoccupé du sort de ses amis honteusement nantis ! Le sort des "perdants" ne préoccupe guère l'UMP,  l'Union pour un Mouvement Anti-Populaire. Au contraire, tout est fait pour les exclure davantage, les marginaliser plus, les condamner à encore plus de misère, de violence, de souffrance. Jusqu'à les laisser attenter à leur vie, jusqu'à laisser une guillotine qui ne dit pas son nom revivre...

     

    guillotine.jpg (107771 bytes)

    http://www.legrandsoir.info/Du-retour-de-la-guillotine-en-France.html

     

    La barbarie, tout au long de l'Histoire, semble la chose du monde la mieux partagée, tant dans les pays dits "sous-développés" que dans nos auto-proclamées démocraties, dans nos "claironnées" démocraties (au point de s'ériger en modèle pour le monde entier). Les siècles passent, les circonstances changent, mais l'inhumanité demeure. Elle peut-être feutrée, sournoisement dangereuse - un chanteur comme Pierre Pierret ne vient-il pas de se livrer à la stigmatisation des Musulmans ? (1) Elle peut-être, aussi, à découvert, sauvagement pernicieuse, comme dans nos Médias se livrant quotidiennement à la plus scandaleuse des diabolisations... Encore ce 25 novembre, David Pujadas, au nom sans doute d'un néo-sionisme décomplexé, se livrait sur FR2 à une incitation indirecte au choc de civilisations, en braquant une fois de plus les projecteurs sur les excès d'une Charia portée par des fondamentalistes qui ne représentent guère la Communauté musulmane. Insidieux ou clairement affiché, le Mal est là, la bête immonde resurgit, porteuse de lourdes menaces de chasse à l'homme, de croisades guerrières contre l'autre, et même de chocs de civilisations barbares !

     

    Des questions se posent inévitablement. La Communauté juive ne cesse de rappeler le souvenir de ses souffrances, mais alors pourquoi après avoir subi l'indicible, se livre-t-elle aujourd'hui à une indécente stigmatisation de ses frères sémites, Arabes ? (2) Pourquoi, trop souvent, prend-elle la tête de la croisade contre les Musulmans, au risque de toutes les stigmatisations, de tous les conflits, de toutes les guerres même les plus périlleuses du fait de l'usage qu'une organisation comme l'OTAN menace de faire du nucléaire pour imposer ses vues aux irréductibles ?

     

    Pourquoi rappelle-t-on toujours la Shoah d'une communauté en préparant, en coulisses, la "Shoah" planétaire qui éliminera, avec des armes de destruction massive, une partie de l'humanité, pour procéder à la dépopulation, au nettoyage "ethnique" ou religieux, à l'élimination de ceux qui ne sont pas d'accord avec la Pensée unique judéo-chrétienne, ou, tout simplement, des plus faibles ? Comment peut-on fustiger la barbarie d'un temps, et préparer celle d'un autre temps, plus pernicieuse encore ?


    apocalypse-bleue-ruines.jpg

    http://r-sistons.over-blog.com/10-categorie-10807617.html

     

    Les leçons de l'Histoire ne servent-elles donc à rien, sinon à être instrumentalisées pour encore plus de violence et à échelle plus vaste, quitte à risquer ensuite de provoquer la fin de l'Histoire humaine ?

     

    Sans aller si loin, pourquoi, après avoir désigné à la vindicte populaire la population juive, fustige-t-on aujourd'hui les Musulmans, au risque de toutes les stigmatisations, de toutes les dérives, de tous les chaos, de toutes les exterminations à nouveau, bref de toutes les barbaries ? Lorsque David Pujadas distille l'islamophobie sur une chaîne publique en mettant dans la tête des télespectateurs, finalement, au risque des amalgames les plus douteux, que la Charia islamique "condamne à périr dans le feu les Non-Musulmans" (en omettant d'ailleurs de dire que dans le Talmud, les "goys - c'est-à-dire les non Juifs - sont des animaux à exterminer"), ne joue-t-il pas sciemment avec le feu, n'utilise-t-il pas scandaleusement l'argent des contribuables pour servir son clocher, des intérêts qui ne doivent pas être ceux du peuple français attaché à la paix et aux Droits de l'Homme ?  Ne pousse-t-il pas, ce qui est immensément grave, au choc de civilisations qui ne profitera qu'à une minorité de psychopathes cupides ?

     

    Mais alors, la barbarie que l'on fustige à juste titre en portant sans cesse à la connaissance du grand public, à temps et même à contre-temps, l'histoire de la Shoah, est-elle destinée à se perpétuer sous des formes nouvelles, hier la guillotine aujourd'hui le suicide par désespoir en prison, hier l'extermination des Tsiganes et des Juifs, aujourd'hui celle des Musulmans ?

     

    Alerte ! Les rappels de l'Histoire n'ont de sens que s'ils servent à prévenir les errements futurs, pas à être exploités, instrumentalisés pour des causes finalement éloignées du but proclamé ! On ne peut dans le même temps demander que cesse l'antisémitisme envers les Juifs, et propager quotidiennement l'antisémitisme envers les Arabes et maintenant, un racisme aussi odieux envers les citoyens Musulmans !

     

    De même que nous devons exiger la reconnaissance et la réparation du préjudice subi par les citoyens juifs pendant la déportation, il est indispensable de fustiger l'islamophobie rampante des Pujadas ou des Perret, lourde de menaces futures, et même de réclamer sa juste pénalisation ! Il y va de la paix sociale, de l'entente entre les peuples, de la communion des civilisations, et surtout, de la paix, oui de la PAIX, ce Bien le plus précieux !

     

    Une citoyenne, Lina, écrit ceci : "Une seule solution : pétition pour exiger que l' islamophobie soit pénalisée, de la même manière que l' antisémistisme! Que les musulmans de France organisent une marche grandiose telle " Contre l' islamophobie, je marche!" (3)

     

    Si nous tolérons le loup (Pujadas, et d'une certaine manière Perret...) dans la bergerie, si nous acceptons la barbarie du racisme anti-Juifs ou anti-Musulmans, nous mettons en péril la civilisation humaine. A l'heure des armes de destruction massive "usraéliennes" (des USA comme d'Israël), les confrontations peuvent se muer en apocalypses irréversibles.

     

    Il est temps de s'en souvenir, et de prévenir le Mal absolu avant qu'il n'élimine l'humanité.

     

    Eva R-sistons

    http://sos-crise.over-blog.com

     

    (1) : http://www.alterinfo.net/L-islamophobie-prend-une-ampleur-invraisemblable-en-France-Pierre-Perret-surfe-aussi-sur-la-vague-islamophobe_a51970.html?com#com_1691864

    (2) Les Sémites sont un ensemble de peuples utilisant ou ayant utilisé les langues sémitiques (..) arabes, hébraïques... (http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9mites)

    (3) http://www.alterinfo.net/L-islamophobie-prend-une-ampleur-invraisemblable-en-France-Pierre-Perret-surfe-aussi-sur-la-vague-islamophobe_a51970.html?com#com_1691864

     

                        NOM-chippedamericadees.jpg

     

     

                                                  NOM-prison-j.jpg

     

     

    apocalypse-F--j.jpg


    votre commentaire
  •  
     
    Dimanche 21 novembre 2010

    dimanche 21 novembre 2010

    Eduquer au dialogue des civilisations

    img5220_p1

    L'homme, ce sont les autres
    (Proverbe africain)

     

    Cité par Joseph Ki-Zerbo et Lucien Morin. Congrès mondial des sciences de l'éducation en juillet 1981 sur le thème "L'école et ses valeurs". Dans le cadre de ce Congrès fut organisé un Forum international sur le thème "Pour un dialogue des civilisations". A ce forum ont participé: Roger Garaudy, directeur de l'Institut pour le dialogue des civilisations à Paris; Mohammed Bedjaoui, ambassadeur permanent de l'Algérie aux Nations-Unies; Helder camara, Archevêque de Récife; Joseph Di-Zerbo, historien de Haute-Volta, conseiller auprès de l'UNESCO; Aurelio Peccei, président-fondateur du Club de Rome; Han Suyin, écrivain de Chine. Leurs interventions au forum sont reproduites dans un livre, "Eduquer au dialogue des civilisations", paru en 1983 aux Editions du Sphinx au Québec (ISBN 2-920123-04-1).

     

    Le livre comporte une introduction au débat de Lucien Morin, professeur à l'Universite du Québec à Trois Rivières

     

     

    51GKrQVupTL


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique